Les chaussures de Tango argentin

Les talons et le tango argentin
ou comment choisir vos chaussures de tango argentin

Les mots d’ordres en choisissant vos chaussures de tango sont : soutien, stabilité, et surtout confort. Les bonnes chaussures facilitent notre connexion avec le sol, et devrait nous permettre de sentir notre relation au sol dans tout ce qui est marche et transfert de poids.

Étant donné le prix élevé des chaussures de tango argentin, nous pouvons être tentées de choisir des chaussures de villes, plus génériques, moins chères, surtout quand nous débutons. Mais cette une tentation à laquelle il ne faut pas céder. Les bonnes chaussures de tango argentin sont conçues en connaissance de cause : un bon soutien de la cambrure, une semelle par trop rigide, mais pas trop souple non plus, un talon fin mais utile, une semelle adaptée aux mille pivots que nous allons faire, etc. Une chaussure conçue pour danser le tango va tout de suite clarifier l’apprentissage. Je ne sais pas combien de fois j’ai entendu une élève exclamer : « ces chaussures de tango, ça n’a rien à voir avec mes autres chaussures ! » Mieux vaut investir dans une paire de chaussures bien construites dès le départ. Première critère: la bonne pointure. Souvent, en cherchant le confort au quotidien, nous aurions envie de choisir une demi-pointure de plus, mais ceci n’est pas du tout la bonne solution pour une chaussure de danse.

Dans votre choix il est indispensable de respecter la forme de votre pied dans toutes ses dimensions. Si vous glissez vers l’avant, vos orteils risquent de dépasser la bordure et de se trouver sans protection. Si la chaussure est trop grande, vous n’allez pas être en position de pouvoir utiliser toutes les qualités dynamiques et stabilisatrices de vos pieds. Quand les chaussures sont de la bonne longueur, les têtes des métatarses peuvent être pleinement posées et le cambrion de la chaussure soutiendra le pied.

Mais une autre question souvent se pose : à quoi ça sert de porter des talons ? Ne peut-on pas dispenser de talons et danser dans les chaussures plates ?

Nous pouvons nous retrouver dans une situation particulière (blessure, déséquilibre musculaire, etc.) dans laquelle il est peut-être plus sage de rester à plat et de ne pas porter de chaussures à talons. Mais quand nous dansons en chaussures plates, nous dansons le plus souvent en demi-pointe, notamment pour pivoter facilement. Or, dans le tango argentin, une grande partie de l’apprentissage consiste à apprendre à utiliser tout le pied dans le transfert du poids. Ceci veut dire que tout le poids ne doit pas être fixé exclusivement sur l’avant, métatarses et encore moins orteils. Le médio-pied doit pouvoir aussi jouer son rôle d’appui. Ainsi, danser en demi-pointe peut vite s’avérer pire que danser en talons : pour la stabilité, nous avons tendance à garder les deux jambes un peu fléchies en permanence, rendant les rôles des deux jambes (jambe d’appui et jambe libre) moins différenciés ; les muscles de nos mollets sont sur-sollicités et vont se fatiguer ; et notre poids ne peut plus circuler autour de notre axe, amenant à plus de crispations. Par contre, le talon d’une chaussure bien construite va prolonger la ligne de notre jambe, et va nous permettre de poser notre talon dans la chaussure et projeter notre poids à travers tout le pied pour une meilleur connexion avec le sol.

Comment trouver la chaussure parfaite à votre pied : Les qualités incontournables à rechercher

Une chaussure bien équilibrée

Avant même d’enfiler les chaussures posez-les sur une surface plate. Si la chaussure s’incline d’un côté ou de l’autre, la chaussure n’est pas bien équilibrée. Avec votre pouce, appuyer à l’intérieur sur l’avant de la chaussure, là où vous allez poser votre poids. Si le talon se décolle de plus de 0,5 cm, laissez passer, même si vous avez eu un coup de foudre pour sa couleur, sa coupe, son allure.

les qualités incontournables pour des chaussures de tango argentin: soutien, stabilité, confort

Facile de constater que les chaussures à talon bien équilibrées pour le tango argentin sont loin d’être toutes pareilles, et sur le plan de la construction, et sur le plan de l’esthétique. Voici quelques éléments qui peuvent vous aider à mieux comprendre votre stabilité, confort, et sécurité, en commencer par l’arrière de la chaussure :

chaussures fermées derrière le talon (le contrefort) ou chaussures ouvertes, style sandale

L’arrière de la chaussure, qu’elle soit ouverte ou fermée, doit bien saisir le talon (calcanéum) pour assurer la stabilité. Évitez toute chaussure dans laquelle votre talon se décolle en marchant. Le pied ne doit pas glisser dans la chaussure, ni dans le sens de la longueur, ni dans le sens de la largeur à l’arrière. Si le talon de votre pied glisse en marchant, surtout dans une chaussure à contrefort, les ampoules sont assurées.

bride(s)

Quel que soit votre choix de forme derrière (ouvert ou fermé), les brides sont indispensables pour le bon maintien et la sécurité du pied. À éviter, donc, les escarpins qui vont miser sur la compression du pied pour le maintenir dans la chaussure. Les brides peuvent être simple ou double, voire même triple, mais il est essentiel de vérifier que la cheville est pleinement libre de ses mouvements, et que la (ou les) bride ne limite ou comprime ni la circulation sanguine, ni l’étendue du mouvement de cette articulation.

Astuce pour vérifier si les brides sont bien positionnées : en position assise, saisissez le genou droit entre vos deux mains pour stabiliser l’articulation et posez le pied gauche bien au sol pour stabiliser. Dessiner des ronds le plus amples possibles avec vos orteils dans les deux sens. Répétez avec l’autre pied. En exécutant cette mobilisation, vous ne devez sentir aucune compression ou limitation de mouvement au niveau de votre cheville.

talon (hauteur)

Le talon est souvent considéré par les danseuses de tango argentin comme étant la pierre angulaire de la chaussure. Mais la question de la hauteur n’a pas de réponse absolue, car il faut prendre en compte plusieurs paramètres. Un jour une élève m’a rapporté le conseil (à mon avis faux) qu’une vendeuse de chaussure de danse lui avait donné, que la hauteur du talon reflétait le niveau de maîtrise de la danseuse – la grande maîtrise donnant accès à un talon de 10 centimètres. L’important ce n’est pas de montrer au monde entier la hauteur de vos talons mais de vous sentir confortable et libre de danser dans vos chaussures. Nous, danseuses de tango, allons passer beaucoup de temps à marcher en arrière, et bien que nous n’allions pas nous servir des talons de nos chaussures comme des appuis pour le poids de notre corps, il est nécessaire que ce talon soit bien construit ; cela veut dire qu’il est d’aplomb avec la ligne du poids du corps. La dimension souvent ignorée dans le choix des chaussures est le plan plus ou moins incliné (plus ou moins parallèle au sol) de l’assise du talon du corps dans la chaussure. Beaucoup de chaussures à talon mettent le talon sur un plan très incliné, comme si le pied était posé sur une pente raide. Le résultat est un pied qui risque à tout moment de glisser vers l’avant de la chaussure, avec un poids accru porté par l’avant du pied et des tensions supplémentaires dans les orteils. Ceci est à éviter. En général, les différentes marques de chaussures de tango argentin offrent une gamme de hauteur de talon entre 4,5 et 10 centimètres. Il est conseillé de commencer avec un petit talon et d’augmenter (éventuellement) la hauteur, mais sans aucune obligation !

Astuces pour repérer un talon bien aligné : Pieds nus, déposez le poids du corps, 50% vers l’avant sur la tête des métatarses, 50% sur les talons. Sentez le point de contact au niveau de votre talon. Il est facile maintenant de constater pour vous-même qu’il faut éviter des chaussures où le talon de la chaussure est vertical mais dont l’aplomb est trop derrière ce point, ou un talon dont la ligne d’aplomb tombe trop devant ce point (talon virgule). Une fois chaussée, vous pouvez vérifier que si vous retrouvez le poids reparti 50-50, comme tout à l’heure pieds nus, le talon de la chaussure devrait fonctionner comme un axe de transmission de votre poids vers le sol. Si le plan de l’assise du talon est correct, vous allez sentir qu’il accueille votre talon, d’autant plus qu’une bonne chaussure de tango argentin comprend un cambrion, l’élément qui donne juste qu’il faut de fermeté à la cambrure.

semelle (en cuir, ou peut être recouverte de daim, appelé « cromo » en espagnol )

Quelle est la première qualité que nous exigeons des semelles de nos chaussures ? Qu’elles nous permettent de pivoter facilement sur notre axe, sans forcer sur nos articulations ! Les chaussures de tango argentin se présentent le plus souvent soit avec une semelle en cuir, bien adaptée à un sol peu glissant, soit avec une semelle recouvert de daim (cromo), mieux adaptée à des sols plus glissant.

Astuce pour savoir comment elles pivotent : Le sol de beaucoup de boutiques de chaussures est couvert d’une moquette ou tapis pour protéger leurs chaussures de toute saleté. Pour vous prononcer, demander de les essayer sur du parquet (ils ont souvent un carré prévu à cet effet).

matière (cuir, daim, cuir verni, satin, tissu, plastique)

Les matières différentes vont évoluer différemment avec le temps et votre usage. Ceci est sensible surtout à l’avant de la chaussure. Le daim va se détendre le plus, le cuir un peu (selon son épaisseur), le verni pratiquement pas , le satin, le tissu et le plastique : pas du tout. Ceci est à prendre en compte quand vous les essayez, mais même dans les chaussures en daim et en cuir, si vous vous sentez comprimée, surtout sous les têtes des métatarses, elles ne sont pas pour vous.

chaussures avec une ouverture avant (étroit ou plus large), ou bien fermées

Le talon de la chaussure de tango argentin, pierre angulaire ? Peut-être d’un point de vue esthétique, mais d’un point de vue ergonomique, c’est sans aucun doute l’avant de la chaussure. L’avant peut avoir un bout fermé, en petite ouverture, ou en ouverture plus large. Dans le choix de l’ouverture, il est essentiel de respecter la forme de vos pieds. Lorsque le bout de la chaussure est plus étroit que l’avant du pied, le résultat sera des compressions douloureuses et à la longue des malformations (hallux valgus, entre autres). Il s’agit avant tout de bien comprendre la largeur de votre pied à l’avant, et comment cette partie du pied est mobilisé dans la danse.

En général, un pied large va préférer une ouverture plus large, et un pied fin va trouver plus de maintien dans une ouverture plus étroite. Si vous choisissez une chaussure à bout fermée, évitez toujours un bout trop pointu.

Astuces pour vérifier si l’avant vous convient : Mettez-vous debout dans les chaussures.

Est-ce que vous sentez que toute la largeur de vos têtes de métatarses (au niveau des coussinets) est posée confortablement dans la chaussure ? Bien ! Par contre, s’il manque de contention votre pied va glisser vers l’avant et il vous manquera du soutien pour cette partie fondamentale de votre pied.

Est-ce que vous pouvez remuer vos orteils ? Bien !

N’oubliez pas il est parfois nécessaire de prendre l’habitude de porter des talons. Cela se pratique et s’apprend. Et aussi qu’il est très important de varier les hauteurs de talons que nous portons dans la vie. [Chapitre à suivre sur la santé et entretien des pieds.]

pour les hommes

L’achat de chaussures de tango argentin paraît souvent moins important pour les hommes aux yeux des débutants. Il faut pourtant éviter aussi vite possible les chaussures trop allongées, celles qui ne tiennent pas bien au pied, qui sont massives et lourdes, et celles dont la semelle est trop adhérente et empêche de pivoter. Toutes ces caractéristiques seront des inconvénients pour le danseur lui-même, mais aussi pour ses partenaires car elles aggraveront d’éventuelles maladresses qui peuvent avoir des conséquences fâcheuses pour leurs orteils…

Les chaussures de tango argentin pour homme sont donc des chaussures tenant bien au pied, avec une semelle non débordante, et légère. Le dessous de la semelle, comme chez les femmes, peut être en cuir ou en cromo (daim ou cuir retourné), le talon souvent revêtu de gomme.

Pour permettre un bon déroulé du pied, mieux vaut une semelle assez souple. On conseillera aux débutants une chaussure classique à cambrion pour un bon maintien de la voûte. Les danseurs confirmés recherchent parfois une souplesse maximum avec des chaussures sans cambrion (split sole). En ce qui concerne le talon lui-même, la tendance  est au talon en gomme-mousse, ce qui allège la chaussure et amortit la réception agréablement.