tangopolis

Cours Tango Argentin Paris Leah et Jean-Philippe

Les cours de tango argentin à Paris de Leah et Jean-Philippe

Atelier tango de 15h à 17h: LA SPIRALE 2ème partie.
Rappels ou mise au point sur les notions fondamentales de la mise en place de la marche.
Comment celle-ci peut devenir l’enjeu de la connexion entre les partenaires.
Comment la spirale naît de la marche et fonctionne dans la connexion.
Comment les spirales de l’homme et de la femme se répondent.
Les Huits, les Rebotes, les Tours.
(minimum un an de tango)

Atelier milonga de 17h à 19h: Les spécificités de la milonga.
Une connexion intense, un jeu rythmique avec le sol. Les déplacements fondamentaux.
(minimum un an de tango)


20€ par personne et par atelier.
Inscriptions en couple pour la milonga .

Les autres dates de stage: 27/11, 22/01, 26/02, 26/03, 23/04, 21/05 et 25/06.

www.tango-argentin-paris.com
tangopolis@free.fr
06 12 06 87 51

stage23octobreded

Atelier tango de 15h à 17h: LA SPIRALE 1ère partie.
Rappels ou mise au point sur les notions fondamentales de la mise en place de la marche.
Comment celle-ci peut devenir l’enjeu de la connexion entre les partenaires.
Comment la spirale naît de la marche et fonctionne dans la connexion.
Comment les spirales de l’homme et de la femme se répondent.
Les Huits, les Rebotes, les Tours.
(minimum un an de tango)

Atelier milonga de 17h à 19h: Les spécificités de la milonga.
Une connexion intense, un jeu rythmique avec le sol. Les déplacements fondamentaux.
(minimum un an de tango)


20€ par personne et par atelier.
Inscriptions en couple pour la milonga .

Les autres dates de stage: 27/11, 22/01, 26/02, 26/03, 23/04, 21/05 et 25/06.

www.tango-argentin-paris.com
tangopolis@free.fr
06 12 06 87 51

Nous avons le plaisir d’accueillir nos amis Maria et Gustavo de Buenos Aires dans notre salle de l’école Saint-Victor pour un stage le week-end du 21 et 22 mai.

Vous pourrez trouver leur programme sur la page Face Book de leur évènement:

https://www.facebook.com/events/1547515428875575/

 

STAGE DU 29 MAI

Le tango de bal ne se définit pas autrement que par marcher en abrazo. A regarder danser les anciens, ceux qui nous ont quitté comme ceux que nous avons encore la chance de croiser dans les milongas de Buenos Aires et avec qui nous pouvons danser et échanger, nous voyons que cet abrazo peut revêtir des formes différentes selon les personnalités des danseurs, ce qui paraît naturel. Mais tous ces abrazos se construisent à partir d’éléments fondamentaux communs qui traduisent avant tout une intention commune. L’abrazo du tango procède de l’embrassement chaleureux tel que le pratiquent les argentins dans la rencontre entre deux personnes qui veulent se montrer leur amitié. Mais il est également fonctionnel : il est une construction pour rendre la danse non seulement possible mais aisée, confortable. Et ici danse est synonyme de marche. L’abrazo procède de la marche et inversement. On ne peut séparer l’un de l’autre. C’est à partir du sol que j’ouvre les bras vers l’autre pour l’accueillir, et c’est à travers l’abrazo que je ressens la marche de l’autre et que je lui transmets la mienne.
Cette construction marche/abrazo à travers laquelle se dit mon intention de danse, on peut la voir comme ce que j’élabore à chaque instant dans la relation avec la musique et avec le/la partenaire. Cette intention en action, c’est la matière même de ma danse, de mon mouvement. Chaque pas est constitué de cette intention. C’est ce que j’échange avec mon/ma partenaire. Ce n’est pas quelque chose que je mets en place pour accéder à autre chose, c’est l’essence même du tango.

ATELIER TANGO de 15h à 17h ouvert à tous. Le thème sera: que signifie danser les figures « caminando » (en marchant), comme le prescrivent les anciens maîtres de tango. Autrement dit comment la marche connectée est à la base de la construction de toute figure. On passera en revue notamment plusieurs techniques de tour.
>>
>> ATELIER MILONGA de 17h à 19h. Minimum un an de tango. Illustration du même thème dans la rythmique propre à la milonga.
>>
>> 20 € par atelier et par personne.
>>
>> 35 rue Jussieu 75005
>> Appeler pour  les codes:
>> 06 12 06 87 51
>>
>> Autres dates: 29/05 et 26/06
>>
>> A très bientôt,
>> Leah et Jean-Philippe

Le tango nous propose une rencontre avec l’autre, à travers la présence à soi-même, dans le mouvement musical.
Identifier, mettre en place et consolider ce qui nous permet d’être pleinement là dans cette rencontre, voilà ce que nous nous proposons de mettre en œuvre pendant cette série d’ateliers.
Les ateliers tango nous permettrons d’analyser en finesse comment le mouvement naît de la rencontre. Comment cette rencontre se vit dans ce lieu et cette disposition particulière que nous appelons ABRAZO. A partir de quelle intention des partenaires. Edifiée sur quels fondements.
De l’intérieur à l’extérieur.
Alors la marche et la musique pourront se déployer et prendre les formes variées des figures consacrées par l’usage parce que reconnues comme organiques. Nous revisiterons toutes ces figures, marches, croisés, huits, tours, rebonds, changements de direction etc. comme l’expression de la rencontre des partenaires dans leurs déplacements et du partage de leur sentiment musical.
Est-ce que la rencontre et la présence s’enseignent ? On peut, et c’est ce nous vous proposons, en clarifier l’accès pour chacun et chacune. Parce que cet accès passe par des propositions très concrètes et repérables. Ainsi nous construirons ou reconstruirons notre tango d’une manière qui nous appartiendra profondément.
Les ateliers milonga prolongeront cette expérience en mettant en lumière ce qui caractérise cette forme : la compacité de la connexion pour des jeux rythmiques, un grand engagement dans le sol et une grande précision musicale.
Six dates. Dimanches 25/10, 29/11, 24/01, 20/03, 29/05, 26/06.

(tango blog Cours Tango Argentin Paris)

A l’attention des nouveaux-venus au tango argentin, nous proposons une initiation/présentation gratuite, soit le mardi 8 septembre de 19h15 à 20h45, soit le samedi 12 de 15h à 16h30.

Le but sera à la fois de proposer une introduction au tango-argentin en situant brièvement le genre chorégraphique et musical dans son histoire jusqu’à sa renaissance actuelle et de présenter notre façon d’aborder l’enseignement de la danse.

Le tango argentin revêt des formes différentes que nous indiquerons, en soulignant ce qui en constitue l’essentiel à nos yeux, le tango de bal et sa pratique dite sociale.

Nous nous efforcerons de faire découvrir à tous ce que le tango nous propose: l’ouverture sur un monde de sensations qui en fait beaucoup plus qu’une simple danse!

Sur la question des codes, ou du comportement en milonga etc.

Les principes de la milonga sont simples et accessibles à tout le monde, même s’il est bon de les rappeler. Ils reviennent à : « maintenir la circulation du bal dans les meilleures conditions ».

Il faut surtout rappeler que danser le tango, c’est danser avec les autres danseurs dans la gestion commune de l’espace.

Mais tout le monde n’a pas la même compréhension de cette nature profondément sociale du tango. (Il y aura toujours des individualités rétives à la discipline collective.)

Et ici la responsabilité première est celle du « dueño ». D’abord par l’accueil puis par une attention au bon déroulement de la milonga.

Voici deux situations à Buenos Aires illustrant bien cette nécessité.  Le dueño concerné est celui de Cachirulo, le fameux Hector. Dans le premier cas, la piste était perturbée par un danseur  qui prenait beaucoup d’espace sans respecter celui des autres. Hors il s’agissait de celui qui est considéré par beaucoup comme le plus grand danseur de tango du monde. Hector lui fait des remontrances. Comme celui-ci le prend de haut (« Tu sais à qui tu t’adresses ? » etc.), il l’a purement et simplement viré. Environ trois ans plus tard, à « El Beso » : trois ou quatre danseurs dispersés, visiblement étrangers, incapables de se mettre à l’unisson de la milonga, désorganisent toute la ronde. Hector fatigué et souffrant est dépassé et n’intervient pas. Tout le monde se plaint. Ici intervient un autre facteur : la disparition graduelle des anciens capables de faire la police sur la piste comme cela a été évoqué par différents commentaires sur le sujet.

Quant à la responsabilité des profs, elle existe mais elle n’est pas de même nature : les accidents de la route ne sont pas imputables aux auto-écoles. Encore faut-il savoir ce qui est enseigné. Le tango ne s’apprend pas dans les cours ; on n’y apprend que des préalables. Savoir danser, c’est savoir danser en bal, savoir gérer la piste. Il faut être très clair sur ce qui anime notre danse. Le cours doit être orienté dans cette perspective, et non pas dans la perspective d’une (pseudo) danse de démonstration. Il se trouve, par exemple, qu’apprendre à danser avec le coude en l’air n’est pas un bon préalable. Marcher avant la partenaire n’est pas un bon préalable. Danser avec les yeux aux sols n’est pas un bon préalable. Etc. Il est donc indispensable que les profs aient une expérience mûrie du bal, c’est une évidence.

La conclusion appartient à tout le monde : qu’est-ce que je viens faire à la milonga ?